Citizen Light

Bretagne, Des milliers de cadavres de fous de bassan

Fous de bassan morts en Bretagne 2022
Photo Armel Deniau / RNN des Sept-Iles-LPO
Ils meurent, les uns après les autres, sans qu’on sache réellement pourquoi

 

LA SEULE COLONIE EN FRANCE

L’ile « toute blanche », ou, l’île aux oiseaux, c’est ainsi qu’on l’appelle. Une petite île merveilleuse, interdite pour le grand public et située en face de Perros Guirec dans les Côtes d’Armor, dans l’archipel des Sept-îles. Cet endroit est peuplé de fous de Bassan, le plus gros des oiseaux de mer d’Europe. 170 cm d’envergure, autour de 3 kilos. Depuis 1939 en effet, une très importante colonie occupe la pointe nord de l’île Rouzic, mais pas seulement. Pourquoi cet endroit ? Pour se reproduire. La période de reproduction achevée, cet oiseau incomparable descend en Méditerranée, dans l’Atlantique, en Manche, jusqu’en Afrique de l’Ouest.

Avec le temps, cette incroyable colonie a pris de l’importance sur l’île. Durant la période de reproduction, on a compté plus de 20 000 couples de fous de Bassan. « C’est un spectacle grandiose, visuel, sonore qui s’offre en permanence aux plaisanciers mais pas seulement car, de la cote, on aperçoit aussi la colonie », explique Pascal Provost, conservateur pour la LPO, la Ligue pour la Protection des Oiseaux.

Photo fous de bassan
Photo Wikipédia (Libre de droit)
Une hécatombe

Surprise cette année, lorsque des membres de la communauté ornithologique découvrent un cadavre d’oiseau. Des analyses sont faites. Un premier bilan tombe : L’oiseau est mort de la grippe aviaire. Vers la mi-août 2022, la station LPO a reçu des centaines d’appels téléphoniques pour le signalement de fous de Bassan morts ou mourants sur l’île Rouzic et sur la côte. C’est grâce à une caméra installée sur l’île, que la Ligue pour la Protection des oiseaux a pu constater l’hécatombe que l’on pressentait. Dans un document publié » par la LPO, on peut lire « Entre le 5 juillet et le 16 août, sur une zone témoin de 102 nids avec reproducteurs, 80% des poussins sont morts, situation très inhabituelle et anormale, les échecs de reproduction ont surtout lieu durant la quinzaine de mai et en juin ».

Depuis la mi-septembre 2022, des milliers d’oiseaux marins ont disparu. On en a retrouvé sur la cote, au pied des falaises, au large… Ce phénomène ne touche pas seulement les fous de Bassan. Des centaines de milliers d’oiseaux nicheurs (des dizaines d’espèces) seraient touchés par cette épidémie. Mais ici, sur l’île Rouzic, le phénomène est inédit de par son ampleur. « Le premier oiseau récemment analysé, explique Pascal Provost, a été touché par le H5N1, virus hautement pathogène. Ce qui nous a vraiment surpris, c’est la virulence de cette maladie au sein de la colonie ». Au sommet de l’ile, seulement 5% de jeunes s’envoleront (5 couples sur 100 produisent leur unique jeune). La Ligue de Protection des Oiseaux a pris des photos aériennes de l’île. Elle a demandé à un laboratoire de réaliser des analyses supplémentaires afin d’en savoir un peu plus sur la ou sur les souches virales responsables de l’hécatombe. « Nous allons essayer de comprendre comment et pourquoi nous en sommes arrivés là, quelle est l’origine de ce virus pathogène ? »

Le H5N1, seule explication ?

Légitimes questions car la grippe aviaire touche en général, des oiseaux sauvages, des canards sauvages en particulier mais pas des oiseaux marins. Ici, le virus arrive au printemps/été…

Dimanche 18 septembre 2022, parce qu’elle a le soucis du patrimoine et notamment du patrimoine marin, la population avait organisé une manifestation. Jugeant cette manifestation inopportune, pour des raisons « économiques » et pour ne pas entacher la région, le maire de Perros Guirec aurait interdit la manifestation.

avec Armel Joubert des Ouches

FOUS de bassan Manifestation Bretagne 2022
252 personnes se sont réunies dimanche18 septembre pour rendre hommage aux fous de bassan en formant le mot "FOUS"

Interview Pascal Provost Ligue pour la Protection des Oiseaux avec Pierre Barnerias

Logo Citizen Light agence presse libre

LA SOURCE, C’EST VOUS