MIRACLES « L’énigme des corps intègres et incorrompus inexpliqué par la science »

Un pèlerin vénère le corps incorrompu de Sœur Wilhelmina Lancaster, OSB, le 20 mai 2023. Lancaster a été récemment exhumée à Gower, dans le Missouri. | Crédit photo : Kelsey Wicks/CNA

Un pèlerin vénère le corps incorrompu de Sœur Wilhelmina Lancaster, OSB, le 20 mai 2023. Lancaster a été récemment exhumée à Gower, dans le Missouri. | Crédit photo : Kelsey Wicks/CNA

 

Des centaines de pèlerins se sont rendus ces derniers jours dans un monastère bénédictin de sœurs religieuses dans la campagne du Missouri, après que la nouvelle a commencé à se répandre sur les médias sociaux la semaine dernière que les restes récemment exhumés de la fondatrice afro-américaine de l’ordre contemplatif semblent être incorrompus, quatre ans après sa mort et son enterrement dans un simple cercueil en bois.

Sœur Wilhelmina Lancaster, OSB, a fondé en 1995, à l’âge de 70 ans, les Sœurs bénédictines de Marie, Reine des Apôtres, connues pour leurs albums de chants grégoriens et d’hymnes catholiques classiques, quittant ainsi les Sœurs oblates de la Providence, sa communauté depuis plus de 50 ans.

Connue pour sa dévotion à la messe latine traditionnelle et sa fidélité à la contemplation bénédictine et à la liturgie des heures, elle est décédée à l’âge de 95 ans le 29 mai 2019, en la solennité de l’Ascension.

Environ quatre ans plus tard, lors de la solennité de l’Ascension en rite latin, l’abbesse et les sœurs ont décidé de déplacer son corps vers sa dernière demeure à l’intérieur de la chapelle de leur monastère, une coutume de longue date pour les fondateurs et les fondatrices.

S’attendant à trouver des ossements, les sœurs bénédictines ont déterré un cercueil contenant un corps apparemment intact, bien que le corps n’ait pas été embaumé et que le cercueil en bois présente une fissure en son milieu qui a laissé passer l’humidité et la saleté pendant une durée inconnue au cours de ces quatre années.

 

« Nous pensons qu’elle est la première femme afro-américaine à avoir été trouvée incorrompue », a déclaré samedi l’abbesse actuelle de la communauté, Mère Cecilia, OSB, au groupe ACI d’EWTN. En tant que responsable du monastère, c’est elle qui a examiné en premier lieu le contenu du cercueil.

Le corps était recouvert d’une couche de moisissure qui s’était développée en raison des niveaux élevés de condensation à l’intérieur du cercueil fissuré. Malgré l’humidité, rien de son corps ni de ses habitudes ne s’est désintégré au cours des quatre années.

Le choc a été immédiat pour la communauté qui s’était rassemblée pour l’exhumer.

J’ai cru voir un pied complètement plein et intact et j’ai dit : « Je n’ai pas vu ça comme ça », raconte l’abbesse. « J’ai donc regardé à nouveau plus attentivement.

Après avoir regardé à nouveau, elle a crié à haute voix : « Je vois son pied ! » et la communauté, dit-elle, « s’est mise à applaudir ».

L’Église catholique a une longue tradition de « saints incorruptibles », dont plus d’une centaine ont été béatifiés ou canonisés. Les saints sont appelés incorruptibles parce que, des années après leur mort, certaines parties de leur corps, voire la totalité, sont immunisées contre le processus naturel de décomposition. Même avec les techniques modernes d’embaumement, les corps sont soumis à des processus naturels de décomposition.

Selon la tradition catholique, les saints incorruptibles témoignent de la vérité de la résurrection du corps et de la vie à venir. L’absence de décomposition est également considérée comme un signe de sainteté : une vie de grâce vécue si étroitement avec le Christ que le péché, avec sa corruption, ne progresse pas de manière habituelle, mais est miraculeusement tenu en échec.

Un signe magnifique
Les rumeurs selon lesquelles une inondation aurait ouvert la tombe et les sœurs auraient examiné le cercueil à la lumière d’une lampe de poche au milieu de la nuit sont très exagérées, a déclaré l’abbesse au groupe ACI.

« J’ai dû utiliser la lampe de poche parce qu’on ne peut pas vraiment voir dans une fissure sombre, même avec le soleil. J’ai cru voir un pied, mais je me suis arrêtée parce que, vous savez, ce n’est pas tous les jours qu’on regarde dans un cercueil », a-t-elle raconté. « Il y a donc un peu d’hésitation : que vais-je voir ?

Conscientes de la fissure et de la saleté du cercueil, les sœurs ont retiré le corps avec précaution. Le squelette aurait dû peser une vingtaine de kilos. Au lieu de cela, les sœurs ont soulevé ce qu’elles ont estimé être un corps pesant « entre 80 et 90 livres », a déclaré l’abbesse.

Les sœurs ont depuis produit une fiche d’information pour répondre aux questions sur l’exhumation.

« Non seulement son corps était remarquablement préservé, mais sa couronne et son bouquet de fleurs étaient séchés en place ; le cierge de profession avec le ruban, son crucifix et son chapelet étaient tous intacts », ont indiqué les sœurs.

« Ce qui est encore plus remarquable, c’est la préservation complète de son habit sacré, fait de fibres naturelles, pour lequel elle s’est battue si vigoureusement tout au long de sa vie religieuse. Son voile synthétique était parfaitement intact, alors que le revêtement du cercueil, fait d’un matériau similaire, était complètement détérioré et avait disparu ».

     CARLO ACUTIS      le geek de Jésus

Le premier saint vêtu d’un jean, de baskets et d’un pull !

 
 

Carlo Acutis né le 3 mai 1991 mort le 12 octobre 2006 est un adolescent italien, mort à 15 ans d’une leucémie. Il est connu comme le geek de Jésus. Il est vénéré comme bienheureux par l’Église catholique.

Élevé dans une famille bourgeoise plutôt traditionnelle mais non pratiquante, c’est très tôt que Carlo manifeste son goût pour la piété. Il aime prier dans les églises et lors des voyages familiaux, il insiste auprès de ses parents pour visiter les sanctuaires de la région. Il a une dévotion toute particulière pour l’eucharistie et pour la Vierge Marie, qu’il définira plus tard comme « l’unique femme de sa vie ». Il aime notamment l’histoire des apparitions de la Vierge à Lourdes et à Fatima (lire plus sur ce site sur la Vierge Marie et ses apparitions, les prières à son Cœur Immaculé)

 

Saint François d’Assise était un grand admirateur de la Création, aimant beaucoup les animaux, en particulier les oiseaux, avec lesquels il est souvent représenté.

Carlo se passionne aussi pour la vie des saints, en particulier François d’Assise, Antoine de Padoue, Dominique Savio et les trois bergers de Fatima. Dès son plus jeune âge, il manifeste le désir de recevoir la communion. Devant son insistance, ses parents acceptent qu’il fasse première communion à l’âge de sept ans. Dès lors, et jusqu’à sa mort, Carlo participe chaque jour à la messe. Il disait : « Si l’on s’approche tous les jours de l’eucharistie, on va tout droit au paradis. » Il récite aussi quotidiennement le rosaire et va se confesser une fois par semaine. Il s’investit aussi dans le catéchisme qu’il fait aux enfants de sa paroisse. Il se met aussi des personnes âgées et des plus pauvres.

 

Carlo est un adolescent comme les autres, qui a beaucoup d’amis, aime le football, les animaux. Il est très intéressé par le monde de l’informatique, et ses compétences dans ce domaine (montages de films, sites internet, programmation) étonnent les professionnels

 

Son œuvre la plus importante fut une exposition de miracles eucharistiques. Deux ans de recherche et de voyages, dans lesquels ses parents se sont aussi investis, pour exposer 136 miracles eucharistiques reconnus par l’Église, avec photographies et descriptions. Au départ simple site internet, son exposition a été matérialisée et et présentée sur les 5 continents, dans près de 10. 000 paroisses rien qu’aux États-Unis, et dans les sanctuaires les plus célèbres.

 

L’apôtre du web a désormais son propre vitrail. C’est un jeune bien dans ses baskets que les fidèles de l’église italienne de San Giuseppe peuvent admirer. Depuis le mois de mai 2021, cette représentation de Carlo Acutis rappelle que la sainteté est un chemin accessible.

Il disait souvent :

« Le bonheur c’est d’avoir le regard tourné vers Dieu. La tristesse c’est d’avoir le regard tourné vers soi-même. »

« Notre objectif doit être l’infini, non pas le fini. L’Infini est notre Patrie. Depuis toujours nous sommes attendus au Ciel ».

« Tous naissent comme des originaux, mais beaucoup meurent comme des photocopies ». Pour s’orienter vers cet objectif et ne pas « mourir comme des photocopies », Carlo disait que notre Boussole devait être la Parole de Dieu (la Bible).

 

Début octobre 2006, ce qu’on croyait être une grosse grippe est en réalité une leucémie foudroyante. Carlo est condamné. Il ne se plaint pas et répète souvent : « J’offre toutes les souffrances que je dois subir au Seigneur, pour le pape et pour l’Église, et aller directement au paradis ». Ses parents ne quittent pas la chambre, mais Carlo insiste pour qu’ils se reposent et étonne le personnel médical par son souci des autres et sa bonne humeur, alors qu’il est en phase terminale.

 

Il meurt au petit matin du 12 octobre 2006en laissant chez tous ceux qui l’ont connu un sentiment de grand vide et une profonde admiration pour ce que fut son témoignage d’une vie authentiquement chrétienne, brève mais intense

 

 

Le 23 juin 2018 a lieu la reconnaissance canonique du corps de Carlo Acutis. Selon les propos de Nicola Gori, postulateur de la cause, le corps a été retrouvé intègre (intatto). Intatto ne signifie pas intact mais bien intègr.e Le  pape François procède, le 5 juillet 2018, à la reconnaissance des vertus héroïques de Carlo Acutis, lui décernant le titre de vénérable.

Le 6 avril 2019, la dépouille de Carlo Acutis a été transférée dans le Sanctuaire de la Spogliazione à Assise.

 

En juillet 2018, une enquête canonique débute sur le cas d’une guérison inexplicable attribuée à l’intercession de Carlo Acutis. Il s’agit du cas d’un enfant brésilien, atteint d’une déformation grave du pancréas. En 2010, après que ses proches eurent prié Carlo, le pancréas revint de lui-même à la normale, sans intervention chirurgicale, qui aurait pu coûter la vie du jeune garçon. Les expertises médicales ne concluant à aucune explication scientifique, le dossier est présenté au Saint-Siège.

Le 21 février 2020, le pape François reconnaît authentique le miracle attribué à Carlo, et signe le décret de sa béatification.

Le 1er octobre 2020, le tombeau de Carlo Acutis a été ouvert afin d’exposer sa dépouille à la vénération des fidèles, dans le cadre des événements en vue de sa béatification. Carlo Acutis a été solennellement proclamé bienheureux le 10 octobre 2020, au cours d’une messe célébrée dans la Basilique Saint-François d’Assise, par le cardinal Agostino Vallini. En plus des 3 000 personnes qui ont assisté à la béatification s’ajoute la présence des parents du nouveau bienheureux, troisième cas similaire dans l’histoire de l’Église.

 

« Ce qui m’étonne, dit le pape François, c’est la sainteté ordinaire. » Celle d’un Carlo Acutis qu’il a érigé en modèle pour la jeunesse dans son exhortation apostolique (une lettre) Christus Vivit (à télécharger en bas de page).

Oui, parfois, le saint, c’est le voisin d’à côté !

 

https://eglise.catholique.fr/approfondir-sa-foi/temoigner/temoins/beatification-carlo-acutis/

http://www.synod.va/content/synod2018/fr/jeunes-temoins/carlo-acutis—serviteur-de-dieu.html

www.carloacutis.com

Nos réseaux sociaux

Articles récents

Actualités

CITIZEN-LIGHT TV -MIRACLES ET PROPHÉTIES- ÉPISODE 1

MIRACLES ET PROPHÉTIES : Épisode1 Des invités inspirants et inspirés pour prendre un peu de hauteur ! Didier van Cauwelaert Romancier, scénariste, dernier ouvrage  » L’insolence des miracles » à ses