Citizen Light

Néonicotinoïdes : la Cour de Justice de l'Union Européenne retoque la France

L’association Agir pour l’environnement se félicite de cette victoire devant la Justice européenne. Mais le ministre de l’Agriculture a déjà annoncé qu’il passerait outre cette décision.

« Les néonicotinoïdes sont des insecticides tueurs d’abeilles très toxiques, qui restent dans les sols plusieurs mois, plusieurs années. » Stephen Kerckhove, directeur général d’Agir pour l’environnement

agir-pour-lenvironnement-manif

Dans une décision qui fera date, arrêt du 19 janvier, la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) a rappelé que l’article 53 du règlement européen 1107/2009 ne pouvait être invoqué pour justifier la réautorisation des néonicotinoïdes, notamment pour le traitement préventif des semences de betteraves. 

Alors même qu’Agir pour l’Environnement avait saisi à deux reprises le Conseil d’Etat afin de contester les dérogations accordées en 2021 et 2022 par le ministère de l’Agriculture, l’association se félicite de cette décision courageuse de la CJUE.

Le ministre de l’Agriculture a pris acte de cette décision tout en laissant d’ores et déjà entendre qu’il n’en tiendrait pas compte.

Afin de maintenir la pression, les militants d’Agir pour l’Environnement ont organisé une manifestation le 20 janvier : « Aux abeilles, la patrie reconnaissante » devant le Panthéon en déployant 500 panneaux d’une abeille avec le poing levé.

« Les néonicotinoïdes sont des insecticides tueurs d’abeilles très toxiques, qui restent dans les sols plusieurs mois, plusieurs années. Ils ont un impact très fort sur la biodiversité en général et sur les abeilles et les insectes pollinisateurs en particulier », précise Stephen Kerckhove, directeur général d’Agir pour l’environnement.

L’association environnementale appelle le gouvernement à renoncer immédiatement à accorder une nouvelle ré-autorisation des néonicotinoïdes pour le traitement des semences de betteraves. Elle agira en Justice et saisira de nouveau le Conseil d’Etat si le gouvernement français persistait à contrevenir au droit européen.