ONDES ARTIFICIELLES: nous faisons monter la fièvre d’une biosphère déjà en danger…

La matrice de la vie

L’écosphère ou sphère de vie de la Terre est pénétrée par le champ magnétique terrestre, et ses perturbations occasionnelles causées par l’interaction avec le plasma du vent solaire. Les champs géomagnétiques locaux sont également légèrement modifiés par l’électricité atmosphérique naturelle. Les champs électromagnétiques influencent nos processus biologiques fondamentaux. Chez les plantes, il a été démontré que les champs magnétiques modifient la germination des graines et influencent la croissance et le développement des plantules de nombreux types de plantes. La science commence tout juste à étudier le « rôle évident des champs électromagnétiques et géomagnétiques dans la régulation biologique, y compris la régulation des modèles d’expression des gènes dans chaque être vivant ». (1)

 Tous les êtres vivants sont finement accordés au champ magnétique de la Terre, qui leur permet de naviguer dans un espace tridimensionnel ainsi que sur des distances géographiques, d’échanger des signaux et même, chez certaines espèces, de détecter des sources de nourriture. Des récepteurs électromagnétiques ont été trouvés chez d’innombrables espèces et ils leur permettent de réagir même aux plus petites variations de l’intensité du champ magnétique.

Les abeilles mellifères, par exemple, ont des cristaux de magnétite dans leur abdomen qui servent de boussole pour s’orienter dans le champ magnétique de la Terre, c’est pourquoi elles trouvent toujours leur chemin entre la ruche et les jardinières de fleurs dont elles se souviennent. (2) Les rouges-gorges (Erithacus rubecula) ont une boussole magnétique dans les deux yeux et peuvent ainsi « voir » le champ magnétique de la terre et s’y orienter. (3) Les bactéries produisent des aimants microscopiques, appelés magnétosomes, qui orientent l’ensemble de la bactérie comme l’aiguille d’une boussole dans le champ magnétique de la Terre. Et les tortues caouannes sont connues pour leurs voyages épiques de retour vers les plages où elles sont nées. Elles sont capables de les retrouver en naviguant dans le champ magnétique de la Terre et en cherchant des signatures magnétiques uniques le long des côtes. (4)

Micro-ondes artificielles

Depuis l’apparition de la vie sur Terre, l’environnement naturel à haute fréquence n’a été constitué que de bruits à large bande provenant de l’espace (bruit galactique), d’éclairs (bruit atmosphérique) ainsi que d’une faible quantité d’émissions radio provenant du soleil (bruit solaire). Les plantes et les animaux ont évolué en harmonie avec ce faible fond naturel de hautes fréquences et utilisent la nature périodique de ses variations pour réguler certaines de leurs fonctions métaboliques.

Mais dans les années 1920, les radiofréquences d’origine humaine sont devenues un phénomène mondial, et leur intensité ne cesse d’augmenter depuis lors, de manière exponentielle ces dernières années. Du point de vue de l’évolution, ce changement est soudain et dramatique ; les êtres vivants n’ont aucune chance de s’adapter à cette nouvelle et stimulante exposition aux champs électromagnétiques (CEM).

Ainsi, selon l’intensité et la durée d’exposition, les colonies de différentes espèces de bactéries peuvent être inhibées, décimées ou même anéanties par certaines radiofréquences (5) ; d’autres, par exemple les bactéries lactiques, sont fortement stimulées dans leur multiplication. (6) Les signaux électromagnétiques à haute fréquence peuvent également déclencher (ou mettre fin) à la résistance des bactéries aux antibiotiques (7) – un problème croissant, notamment dans les hôpitaux. On commence à se demander : comment la pollution électromagnétique toujours plus forte modifie-t-elle les bactéries de nos intestins et les autres microbes qui sont importants pour notre santé ? Qu’en est-il des cellules et de notre ADN ? Et qu’en est-il des animaux et des plantes ?

Il apparaît clairement qu’intervenir aveuglément dans ces processus du monde vivant est un jeu très dangereux. Il n’existe pour l’instant que peu d’études sur ce sujet, mais les résultats sont inquiétants. En voici quelques exemples :

– L’électrosmog perturbe des processus essentiels dans la vie des animaux marins. Jusqu’à présent, cela a été démontré pour le homard américain et la petite raie. (8) (Les sources anthropiques d’électrosmog marin comprennent les navires, les ponts et les câbles sous-marins).

– Les germes de soja présentent une croissance réduite lorsqu’ils sont exposés au rayonnement micro-ondes (900 MHz) des téléphones portables (4G). (9)

– Les rayonnements électromagnétiques induisent un stress chez les pins sylvestres (Pinus sylvestris) : ils réduisent la formation de lignine (composant structurel important des parois cellulaires) et accélèrent la production de résine, ce qui entraîne un vieillissement prématuré. (10)

– Le déclin du peuplier tremble (Populus tremuloides), qui a augmenté dans toute l’Amérique du Nord depuis les années 1950, a été associé à l’exposition aux radiations. Des semis d’essai protégés du « bruit de fond » artificiel (de 1 MHz à 3 GHz), aujourd’hui omniprésent, ont développé une surface foliaire 60 pour cent plus importante que les arbres exposés. (11)

– Les oiseaux perdent leur sens de l’orientation lorsqu’ils sont exposés à des perturbations électromagnétiques artificielles. Des fréquences dans le domaine de la radio AM – cent à mille fois inférieures aux directives de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour la protection de la santé humaine ! – suffisent à rendre inopérant le compas magnétique des rouges-gorges. (12)

– De faibles champs magnétiques à haute fréquence (190 microtesla à 1,4 MHz) perturbent la capacité d’orientation des oiseaux migrateurs comme la fauvette des jardins (Sylvia borin). (13)

– Une étude espagnole a montré que les micro-ondes perturbent très fortement la reproduction de la cigogne blanche (Ciconia ciconia). (14)

Les insectes sont touchés de manière disproportionnée en raison de leur petite taille. Les rayonnements à haute fréquence des téléphones portables influencent le comportement et la physiologie des abeilles mellifères (Apis mellifera). Une étude indienne (15) de 2001 a d’abord montré une réduction de l’activité motrice des abeilles ouvrières exposées sur les rayons, puis une agitation et une migration de masse. En outre, des changements métaboliques ont été observés, en particulier une augmentation des protéines, des glucides et des lipides. Il n’est pas surprenant que les abeilles soient sensibles aux phénomènes électromagnétiques car, outre leur magnéto-récepteur situé dans l’abdomen (qui les aide à s’orienter), leur squelette externe a des fonctions de semi-conducteur ; et troisièmement, les antennes des insectes volants – capteurs d’odeur, de goût, d’humidité et de température – font partie du système nerveux bioélectrique (on peut même mesurer les modifications des potentiels électriques des antennes en fonction des différentes odeurs). (16)

Une étude suisse de 2018 confirme que l’exposition aux CEM est nocive pour les insectes. Les fréquences supérieures à 6 GHz entraînent des modifications du comportement, des formes et des fonctions corporelles des insectes. La quantité d’énergie absorbée par les insectes peut augmenter jusqu’à 370 pour cent – ils sont grillés dans l’air. (17)

Réchauffement des insectes, réchauffement de la terre. Il est évident que le réchauffement de toute la surface de la Terre par le rayonnement artificiel à haute fréquence doit également avoir des répercussions sur les phénomènes météorologiques et climatiques, mais cela n’a pas encore été étudié.

Si la 5G est si inquiétante, c’est parce que l’installation prévue sur l’ensemble du territoire implique un nombre extraordinairement élevé d’antennes émettrices (des dizaines de millions rien qu’en Allemagne), une puissance extraordinairement élevée d’énergie rayonnée, et avec des pulsations extraordinairement élevées.

Et les oiseaux, les animaux et les plantes sont chauffés. Nous sommes en train de faire monter la fièvre d’une biosphère déjà en danger. La 5G porte cela à un tout autre niveau. Les projets des pays industrialisés visant à « couvrir toutes les zones urbaines, les lignes de chemin de fer et les routes principales avec des communications sans fil ininterrompues de cinquième génération ne peuvent être réalisés que par la création d’un réseau très dense d’antennes et d’émetteurs. En d’autres termes, le nombre de stations de base à fréquences plus élevées et d’autres appareils augmentera considérablement », ce qui implique « une exposition constante pour l’ensemble de la population, y compris les enfants », selon un briefing du Parlement européen de 2020. (18)

Pour pouvoir générer tous ces rayonnements, les « sociétés gigabit » à venir, avec leurs voitures à conduite autonome et leur « Internet des objets », auront besoin d’énormes quantités d’électricité, de sorte que la numérisation devrait consommer d’ici 2030 au moins 2,5 fois plus d’énergie dans le monde qu’aujourd’hui (19) ; contrairement à toutes les prétendues mesures de protection du climat.

Comment y remédier ?

Afin d’éviter des dommages irréversibles pour la santé humaine et l’environnement, l’Agence européenne pour l’environnement (AEE) préconise depuis longtemps la prudence en matière d’exposition aux CEM : « L’AEE demande que les États membres de l’UE fassent davantage pour informer les citoyens des risques liés à l’exposition aux CEM, en particulier pour les enfants ». (18) Mais aucun gouvernement ne semble tenir compte de cette directive.

Des centaines de scientifiques et de médecins ont signé un appel 5G aux Nations unies (20) et un autre appel à l’UE (21), demandant de « protéger la nature et l’humanité des champs électromagnétiques (CEM) » et d’imposer un moratoire sur le déploiement de la 5G jusqu’à ce que les effets sur la santé et l’environnement soient mieux compris.

Mais le public reste désinformé et la 5G continue d’être poussée. Le marché des smartphones pèse plusieurs centaines de milliards de dollars par an. Le secteur de l’électronique dispose d’un lobby puissant, on le remarque au fait que les limites de rayonnement ne sont pas vérifiées et que les études scientifiques critiques ne trouvent guère d’écho dans les médias grand public. Dès le début, les téléphones portables ont eu un départ facile : ils ont été autorisés à entrer sur le marché américain et sur celui de nombreux autres pays sans subir de tests de sécurité de la part du gouvernement. (22)

Ce n’est pas comme s’il n’y avait pas de recherche sur le sujet, bien au contraire. Des études indiquant les effets nocifs des rayonnements à haute fréquence (HF) existent depuis des décennies. Par exemple, en 2003, le neurochirurgien suédois Leif Salford et son équipe ont découvert que les micro-ondes pulsées de faible intensité entraînaient un manque significatif de densité de la barrière hémato-encéphalique, ainsi que « des preuves hautement significatives de dommages neuronaux dans le cortex, l’hippocampe et les ganglions de la base dans le cerveau de rats exposés ». (23)

En 2011, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé les radiofréquences (RF) comme « cancérogènes possibles » de classe 2B, dans la même catégorie que le plomb et le nickel. (24)

En mars 2018, lorsqu’une étude révolutionnaire du gouvernement américain sur les effets sur la santé des radiations de la téléphonie mobile (900-1900 MHz) a été publiée, « pas une seule grande organisation d’information aux États-Unis ou en Europe n’a rapporté cette nouvelle scientifique ». Jusqu’à ce que, finalement, The Guardian ait le courage de la publier quatre mois plus tard (« The inconvenient truth about cancer and mobile phones« ). L’étude – l’une des plus complètes menées dans le domaine des radiations de la téléphonie mobile – conclut qu’il existe des « preuves évidentes » que les radiations des téléphones mobiles peuvent provoquer un cancer des tissus cardiaques ainsi qu’un cancer du cerveau et des glandes surrénales. (22) Une autre méta-étude a révélé que les CEM causent des dommages à l’ADN. (25)

Trois ans plus tard (juillet 2021), le prestigieux Institut Ramazzini de recherche sur le cancer a publié, à la demande du Parlement européen, une grande étude sur la téléphonie mobile qui conclut que…

– « l’exposition à 450-6000 MHz est susceptible de provoquer des cancers, notamment des gliomes et des neurinomes acoustiques chez l’être humain »,

– « ces fréquences affectent clairement la fertilité masculine, et peut-être aussi la fertilité féminine. Elles ont des effets négatifs potentiels sur le développement des embryons, des fœtus et des nouveau-nés ». (26)

Les critiques et les mises en garde de plus de 150 initiatives citoyennes et associations rien qu’en Allemagne (27) semblent porter leurs fruits après de nombreuses années : le Comité économique et social de l’Union européenne (CESE) demande dans le Journal officiel de l’UE du 04.03.2022 la protection contre la pollution électromagnétique, notamment par la 5G. (28) Et une autre lueur d’espoir pour finir :

Il existe déjà des alternatives techniques à la 5G et aux micro-ondes. En particulier le Li-Fi (Light Fidelity), la transmission de données sans fil par la lumière, est une technologie qui permet d’exclure en grande partie les dommages pour la santé de l’être humain et de l’ensemble du monde vivant. (29) L’institut Fraunhofer, par exemple, énumère les avantages du Li-Fi comme suit :

– Transmission rapide de données sans fil,

– Communication en temps réel,

– Haute sécurité des données en raison de la nécessité d’une liaison visuelle,

– Pas d’interférences. (30)

Il faut toutefois s’attendre à ce que les entreprises qui ont déjà misé sur la 5G ne lâchent pas prise rapidement et sans grande résistance. Mais plus les consommateurs seront conscients, plus les politiques devront faire preuve de bon sens.

 

Que puis-je faire ?

+ Attention à tous les téléphones sans fil (même DECT). Pour protéger votre propre tête, utilisez si possible le haut-parleur. Le rayonnement diminue avec le carré de la distance, c’est-à-dire qu’un doublement de la distance à l’oreille n’entraîne qu’un quart du rayonnement.

+ Si vous envisagez d’utiliser un casque, préférez les câbles au Bluetooth.

+ Éteignez votre modem/routeur WiFi, au moins la nuit. Les insectes, les oiseaux et les plantes à l’extérieur de votre bâtiment vous aimeront pour cela.

+ Streamer le moins possible, car les immenses parcs de serveurs consomment d’énormes quantités d’énergie et l’envoi sans fil irradie la biosphère et la réchauffe. Le streaming de musique et surtout de vidéo n’a pas apporté de soulagement à la planète : le streaming d’un long métrage de 90 minutes coûte à peu près autant d’énergie et provoque autant d’émissions que l’envoi postal d’un DVD (y compris la production du DVD et la livraison à l’entreprise de location). (31) Et cela ne vaut que pour le taux de streaming minimum de 3 Mbps. Mais la plupart du temps, le streaming atteint déjà 6 Mbps, et l’objectif est de 15 Mbps pour la qualité Ultra HD ou 4K. Ce haut de gamme nécessitera donc cinq fois plus d’énergie et d’émissions que l’envoi postal (et n’aura toujours pas atteint la qualité audio et vidéo d’un disque BluRay de 20 Mbps).

+ Écrivez à vos élus locaux pour demander la prise en compte des études, des appels 5G et des documents européens mentionnés ci-dessus.

 

Sources :

  1. Valeriy Zaporozhan, Andriy Ponomarenko 2010. Mechanisms of Geomagnetic Field Influence on Gene Expression Using Influenza as a Model System: Basics of Physical Epidemiology. (Mécanismes d’influence du champ géomagnétique sur l’expression des gènes en utilisant la grippe comme système modèle : bases de l’épidémiologie physique) Int J Environ Res Public Health. 2010 March; 7(3): 938-965. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2872305/
  2. V. Lambinet, ME Hayden, et al. 2017. Linking magnetite in the abdomen of honey bees to a magnetoreceptive function. (Relier la magnétite dans l’abdomen des abeilles mellifères à une fonction magnétoréceptrice.) Proc. R. Soc. B284: 20162873. http://dx.doi.org/10.1098/rspb.2016.2873
  3. Christine Maira Hein, Svenja Engels, et al. 2011. Robins have a magnetic compass in both eyes. (Les merles ont une boussole magnétique dans les deux yeux.) Nature volume 471, E1. https://www.nature.com/articles/nature09875
  4. J. Roger Brothers, Kenneth J. Lohmann 2018. Evidence that Magnetic Navigation and Geomagnetic Imprinting Shape Spatial Genetic Variation in Sea Turtles. (Preuve que la navigation magnétique et l’empreinte géomagnétique façonnent la variation génétique spatiale chez les tortues marines) Current Biology volume 28, issue 8, 1325-1329. April 23. https://www.cell.com/current-biology/fulltext/S0960-9822(18)30351-8
  5. EC Wietzikoski Lovato, PAG Velasquez, et al. 2018. High frequency equipment promotes antibacterial effects dependent on intensity and exposure time. (Les équipements à haute fréquence favorisent des effets antibactériens en fonction de l’intensité et du temps d’exposition.) Clin Cosmet Investig Dermatol, 2018; 11: 131-135. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5868622/
  6. SV Larionov, DV Krivenko, AV Avdeenko 2011. Effect of electromagnetic radiation of the extremely high frequency millimeter range on thermophilic cultures of bacteria of lactic acid products. (Effet du rayonnement électromagnétique de la gamme millimétrique de fréquences extrêmement élevées sur les cultures thermophiles de bactéries de produits à base d’acide lactique.) Russian Agricultural Sciences volume 37, 434-435. https://link.springer.com/article/10.3103/S1068367411050156
  7. Diana Soghomonyan, et al. 2016. Millimeter waves or extremely high frequency electromagnetic fields in the environment: what are their effects on bacteria? (Ondes millimétriques ou champs électromagnétiques de très hautes fréquences dans l’environnement : quels sont leurs effets sur les bactéries ?) Appl Microbiol Biotechnol, June 2016; 100 (11): 4761-71. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/27087527/
  8. Zoë L. Hutchison, et al. 2020. Anthropogenic electromagnetic fields (EMF) influence the behaviour of bottom-dwelling marine species. (Les champs électromagnétiques anthropiques (CEM) influencent le comportement des espèces marines vivant au fond) Scientific Reports volume 10, article 4219. https://www.nature.com/articles/s41598-020-60793-x
  9. Malka N. Halgamuge, et al. 2015. Reduced Growth of Soybean Seedlings After Exposure to Weak Microwave Radiation From GSM 900 Mobile Phone and Base Station. (Croissance réduite des semis de soja après exposition au faible rayonnement micro-ondes du téléphone portable GSM 900 et de la station de base.) Bioelectromagnetics 36 (2), January. doi: 10.1002/BEM.21890
  10. Turs Selga, Maija Selga 1996. Response of Pinus sylvestris L. needles to electromagnetic fields. Cytological and ultrastructural aspects. (Réponse des aiguilles de Pinus sylvestris L. aux champs électromagnétiques. Aspects cytologiques et ultrastructuraux) Science of The Total Environment volume 180, issue 1, 2 February 1996, 65-73. https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/0048969795049215
  11. Katie Haggerty 2010. Adverse Influence of Radio Frequency Background on Trembling Aspen Seedlings: Preliminary Observations. (Influence néfaste des radiofréquences de fond sur les semis de peuplier faux-tremble : observations préliminaires) International Journal of Forestry Research volume 2010, 836278. https://www.hindawi.com/journals/ijfr/2010/836278/
  12. Susan McGrath 2014. Cracking Mystery Reveals How Electronics Affect Bird Migration. (Un mystère élucidé  révèle comment l’électronique affecte la migration des oiseaux.) nationalgeographic.com, May 7. https://www.nationalgeographic.com/news/2014/5/140507-birds-migration-electromagnetic-robins-henrik-mouritsen-science-broadband/
  13. Kirill Kavokin, et al. 2014. Magnetic orientation of garden warblers (Sylvia borin) under 1.4 MHz radiofrequency magnetic field. (Orientation magnétique des fauvettes des jardins (Sylvia borin) sous champ magnétique radiofréquence de 1,4 MHz) Journal of the Royal Society, 06 August 2014. https://royalsocietypublishing.org/doi/10.1098/rsif.2014.0451
  14. Alfonso Balmori 2005. Possible Effects of Electromagnetic Fields from Phone Masts on a Population of White Stork (Ciconia ciconia). (Effets possibles des champs électromagnétiques des antennes-relais téléphoniques sur une population de cigognes blanches (Ciconia ciconia).) Electromagnetic Biology and Medicine volume 24, Issue 2. https://doi.org/10.1080/15368370500205472
  15. Neelima R. Kumar, Sonika Sangwan, Pooja Badotra 2011. Exposure to cell phone radiations produces biochemical changes in worker honey bees. (L’exposition aux radiations des téléphones portables produit des changements biochimiques chez les abeilles ouvrières.) Toxicol Int., 2011 Jan-Jun; 18(1): 70-72. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3052591/
  16. Christine Merlin, Robert J. Gegear, Steven M. Reppert 2009. Antennal circadian clocks coordinate sun compass orientation in migratory monarch butterflies. (Les horloges circadiennes des antennes coordonnent l’orientation de la boussole solaire chez les papillons monarques migrateurs.Science 325 (5948): 1700-1704. doi: 10.1126/science.1176221
  17. Arno Thielens, Duncan Bell, et al. 2018. Exposure of Insects to Radio-Frequency Electromagnetic Fields from 2 to 120 GHz. (Exposition des insectes aux champs électromagnétiques radiofréquences de 2 à 120 GHz.) Scientific Reports volume 8, 3924. https://www.nature.com/articles/s41598-018-22271-3
  18. https://www.europarl.europa.eu/RegData/etudes/BRIE/2020/646172/EPRS_BRI(2020)646172_EN.pdf
  19. Steffen Lange, Tilman Santarius 2018: Smarte grüne Welt? – Digitalisierung zwischen Überwachung, Konsum und Nachhaltigkeit. oekom, München. S. 34. (Tilman Santarius 2018 : Un monde vert intelligent ? – Numérisation entre surveillance, consommation et durabilité. oekom, Munich. p.34.)
  20. https://emfscientist.org
  21. http://www.5gappeal.eu
  22. Mark Hertsgaard and Mark Dowie 2018. The inconvenient truth about cancer and mobile phones. (La vérité ennuyeuse au sujet du cancer et des téléphones mobies. )  theguardian.com, 14 July. https://www.theguardian.com/technology/2018/jul/14/mobile-phones-cancer-inconvenient-truths
  23. Leif G. Salford, et al. 2003. Nerve Cell Damage in Mammalian Brain after Exposure to Microwaves from GSM Mobile Phones. (Dommages aux cellules nerveuses dans le cerveau des mammifères après exposition aux micro-ondes des téléphones mobiles GSM.) Environmental Health Perspectives volume 111, number 7, June 2003, 881-883. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1241519/pdf/ehp0111-000881.pdf
  24. World Health Organization 2011. IARC classifies radio frequency electromagnetic fields as possibly carcinogenic to humans. (IARC classifies radio frequency electromagnetic fields as possibly carcinogenic to humans). Press release N° 208, 31 May. http://www.iarc.fr/en/media-centre/pr/2011/pdfs/pr208_E.pdf
  25. https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1383574218300991
  26. https://www.europarl.europa.eu/stoa/en/document/EPRS_STU(2021)690012
  27. https://www.pressenza.com/de/2021/02/ueber-150-buergerinitiativen-und-vereine-kritisieren-5g-dialoginitiative-der-bundesregierung/
  28. https://eur-lex.europa.eu/legal-content/DE/TXT/PDF/?uri=CELEX:52021IE2341&from=EN
  29. https://www.pressenza.com/de/2020/08/gibt-es-eine-alternative-zu-5g/
  30. https://www.ipms.fraunhofer.de/de/Components-and-Systems/Components-and-Systems-Data-Communication/Li-Fi-Data-Communication.html
  31. https://iopscience.iop.org/article/10.1088/1748-9326/9/5/054007

Fred Hageneder est l’auteur du livre « Nur die eine Erde – Globaler Zusammenbruch oder globale Heilung – unsere Wahl ». (Une seule Terre – Effondrement mondial ou guérison mondiale – notre choix).

Nos réseaux sociaux

Articles récents

Actualités

CITIZEN-LIGHT TV -MIRACLES ET PROPHÉTIES- ÉPISODE 1

MIRACLES ET PROPHÉTIES : Épisode1 Des invités inspirants et inspirés pour prendre un peu de hauteur ! Didier van Cauwelaert Romancier, scénariste, dernier ouvrage  » L’insolence des miracles » à ses