Akina le front médiatique

Système social français : un gigantesque détournement d’argent public

Système social français : un gigantesque détournement d’argent public

« La sécurité sociale, c’était une belle idée au départ. Mais c’est devenu une mafia et les syndicats s’en mettent plein les poches. » - Raphaël Cohen, directeur juridique CSAPE

Le CSAPE (collectif syndicats et associations professionnels européens) va porter une requête devant la CEDH (Cour Européenne des Droits de l’Homme) suite à une enquête approfondie qui montre que « la sécurité sociale a été détournée, pervertie et corrompue par des intérêts particuliers. »

Patrice Lepiller, président du CSAPE : « Les cotisations sociales sont détournées par des organismes sans existence légale, sous contrôle des syndicats, sans transparence de gestion, selon l’avis même de la Cour des Comptes. Et avec la complicité des gouvernements successifs et d’officines qui dictent au judiciaire la position à avoir face aux plaignants contre l’iniquité du système. »

Raphaël Cohen, directeur juridique du CSAPE, précise : « Les syndicats ont pris le pouvoir dans tous les corps de l’Etat. (…) Ce n’est pas un système de répartition, mais un système pyramidal financier. (…) Ce que l’on appelle la « dette de la sécurité sociale » est en fait de l’argent qui disparaît.»

Pour Patrice Lepiller, « Le pouvoir « politico-syndicalo-médiatico-judiciaire » est indivisible et n’a pas pour objet de défendre la population contre les malversations, mais s’organise pour maintenir la population dans l’asservissement, notamment à travers les cotisations sociales. »

Dans ce cadre, « cette énième réforme des retraites est un leurre. (…) Le recul de l’âge de la retraite est un vol des pensions planifié de la « plèbe ». »

Nos réseaux sociaux

Articles récents

Actualités

POINT DE VUE : L’état de droit n’existe plus.

L’indigence intellectuelle des propagandistes politico-médiatiques. Plus « l’élite politico-médiatique » est corrompue, dépravée et pervertie, plus la société s’écroule et plus la majorité de la population s’enfonce dans une indifférence malsaine. Le